Vivre à Thourie
AccueilCommuneVie municipaleActivitésCulture - Tourisme - Loisirs
EcolesInformations pratiquesActualitésNous contacter
 

AUGUSTE PAVIE : l'explorateur aux pieds nus

Né à Dinan le 31 mai 1847, Auguste Pavie est engagé en 1864 dans l'infanterie de marine. Il débarque à Saïgon, le 11 janvier 1869 et se retrouve stagiaire au télégraphe de Cochinchine nouvellement créé.

Puis c'est la guerre de 1870. Il rentre en France pour un bref séjour et regagne Saïgon après avoir été reçu au concours des télégraphes.
Nommé à Kampot, petit port de pêche du Cambodge pour diriger le bureau télégraphique, il passe dix années à se familiariser avec la langue khmère, l'histoire, la littérature et à lier des contacts étroits avec les bonzes et les lettrés.

Il est chargé de construire la première ligne télégraphique du Cambodge au Siam. Plus tard, il contribua à définir les frontières entre le Laos, la Chine et la Birmanie, oeuvre immense au point de vue scientifique et politique accomplie sans bruit, sous l'impulsion d'une intelligence aiguë et par l'effort inlassable d'une vigoureuse énergie.

L'EXPLORATEUR

A l'explorateur qui l'emmène à travers toute l'Indochine, le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, il ajoute la compétence du diplomate, rôle difficile à jouer car il se heurte aux intrigues et aux embûches du Siam. Les rapports qu'il transmet au ministère des Affaires étrangères font apparaître un agent reconnu. Il est alors nommé vice-consul à Luang-Prabang alors capitale du Laos. Il y accomplit une oeuvre de pacification entre peuples souvent en conflit.

De 1892 à 1895, il poursuit le règlement des litiges de la France et du Siam pour les territoires explorés. Il est alors nommé consul général à Bangkok, oblige le Siam à traiter avec le royaume du Laos qui retrouve alors son indépendance. En 1895, il est nommé ministre plénipotentiaire à Bangkok avant d'entrer en France en 1896.

Auguste Pavie se consacre alors à la publication de la " mission Pavie " autour des domaines comme l'histoire, l'histoire naturelle, la géographie et la littérature des pays de l'Asie du sud-est. Son ouvrage le plus célèbre fut publié en 1921, " A la conquête des coeurs ", préfacé par Clémenceau. Il vécut quelques années avec sa femme au Château de la Raimbaudière et fut maire de la commune pendant un an.. Il s'éteignit peu de temps après, le 7 juin 1925.